Tous les articles par F177837087

François Hollande doit venir au Chemin des Dames

François Hollande doit venir au Chemin des Dames

holld

Alors qu’il est désormais acquis que le président de la République François Hollande sera présent avec le Premier ministre du Canada Justin Trudeau, le dimanche 9 avril, pour la grande cérémonie organisée par la Mission du Centenaire sur la Crête de Vimy, pour se souvenir du sacrifice des soldats canadiens, on n’a toujours pas confirmation de la venue du chef de l’État pour cet autre grand temps mémoriel, le dimanche 16 avril, à Cerny-en-Laonnois, pour la commémoration de l’offensive Nivelle sur le Chemin des Dames où tant de poilus ont été sacrifiés.

Le grand-père du Président, Gustave Hollande, s’est battu dans ce secteur et son petit-fils l’avait rappelé en 2014, en accompagnant une étape du Tour de France tracée sur le parcours des poilus. Son absence serait incomprise

L’Aisne Nouvelle

Centenaire de la bataille du Chemin des Dames

Du samedi 15 avril 2017 au dimanche 16 avril 2017
Lancement des pré-inscriptions pour la cérémonie nationale du Centenaire de la Bataille du Chemin des Dames Les samedi 15 et dimanche 16 avril 2017 ont été choisis pour commémorer le centenaire de la bataille du Chemin des Dames. Ces deux jours seront rythmés par différents événements, dont la cérémonie officielle du dimanche 16 avril à Cerny-en-Laonnois. Une pré-inscription est obligatoire afin de pouvoir assister à la cérémonie nationale. Elle s’effectue via le site internet de la préfecture de l’Aisne : http://www.aisne.gouv.fr/. Sur cette page dédiée, vous pourrez également retrouver l’avant-programme de l’ensemble du cycle de commémorations, édité par le conseil départemental de l’Aisne.

La fête de la basse cour

La fête de la basse cour ou, Lorsque la « Basse-cour » se proclamait commune libre de la ville de Pouilly sur serre

Ce n’était pas une fronde, non, les habitants du quartier s’entendaient très bien avec les autres habitants du village, et les « autorités » du quartier n’étaient pas en rebellion contre la municipalité mais simplement une bande de gais lurons qui voulaient faire la fête.

Cette fête annuelle s’est malheureusement produite pendant moins d’une décennie, elle s’est interrompue à l’entrée dans la seconde guerre mondiale, juste le temps de couronner rosières la plupart des jeunes filles du quartier

 

Fête de la Rosière :

Instituée au VIe siècle par l’évêque de Noyon saint Médard sur sa commune de Salency, elle consistait en l’élection de la fille la plus vertueuse du village, puis s’en suivait un couronnement en grande pompe et la remise de présents champêtres.

Comme en témoigne le programme de 21 Août 1938 les activités étaient nombreuses, dont le défilé emmené par la fanfare de Pouilly et le maitre de cérémonie : Monsieur Sabatier dit père Batier. Le soir certains musiciens de la fanfare formaient le Jazz band qui entrainait les danseurs sur la petite place de la basse-cour.

En fait tout le village prenait part à la fête et suivait le char des jeunes rosières jusqu’au bout de la rue principale puis s’en revenait jusqu’à la grand place où se déroulaient les réjouissances.

 

 

Le programme commençait par le couronnement de la rosière et l’allocution du « maire » de la basse cour Monsieur Georges-Armand Legras.

Les rosières de Pouilly :
Jeanne Napoléon (Destrain) Raymonde Ducrot (Destrain) Denise Druesne (Legras)
Germaine Fraillon (Dufour) Marie Thérèse Turquin (Lannez) Linette Plonquet

Des jeux étaient ensuite organisés pour le plaisir des petits et des grands. Parmi ceux qui ont le plus marqué nos ainés , enfants à l’époque, citons le concours de grimaces et le « chamboule tout » à tête humaine :
Un habitant adulte de petite taille prenait place dans un tonneau, lorsque les joueurs étaient en place il sortait la tête le temps que ces derniers essayent d’atteindre sa tête avec leur chaussette de laine bourrée de vieux tissus.

Les musiciens de la fanfare entourés du père « Batier » à gauche et de Georges Legras à droite.
De gauche à droite :
Paul Fraillon, Marcel Hazart, André Pin, César Desselle, Marcel Dufour, Mr Plonquet (Cafetier) Mr Pétreau, René Dufour, Roger Jonneaux, Georges Hazart

 

La liste des maires de Pouilly

REMOND Jean 1703 – 1758
BOIZANS Nicolas 1758 – 1789
BRUCELLES Jean 1789 – 1790
VITU Pierre 1790 – 1792
LUZIN Jean-Pierre 1792 – 1794
         Pas de Maire An III – An VIII
BERTRAND Nicolas An VIII – An X
CUQUIGNY Nicolas An X – An XIII
LUZIN Jean-Pierre An XIII – 1806
VITU Pierre 1806 – 1808
FLAMANT Philippe 1808 – 1812
LUZIN Jean-Pierre 1812 – 1814
CALLANT Hyacinthe 1814 – 1815
GUYART Chrysostome 1815 – 1816
PAILLIART Etienne 1816 – 1821
GUYART Chrysostome 1821 – 1829
LUZIN Louis 1829 – 1835
BERTRAND Philippe 1835 – 1841
BERTRAND Théodore 1841 – 1848
LEMAIRE Théodore 1848 – 1852
GUYART Florentin 1852 – 1857
VIEVILLE Louis 1857 – 1870
CALLAND Jules Edmond 1870 – 1881
LETRILLART Léon 1881 – 1912
BLONDELLE Abélard 1912 – 1914
GUYART Gustave 1914 – 1919
FRAILLON Charles 1919 – 1923
CHARAU Léon 1923 – 1947
JONNEAUX Léon 1947 – 1948
MICHEL Théophile 1948 – 1959
CHOAIN Charles 1959 – 1971
ARNOULD Dominique 1971 – 2001
DESTREZ Regis 2001 –

HISTORIQUE DU VILLAGE

HISTORIQUE DU VILLAGE

Historique

 

Le village de POUILLY est fort ancien.

Les premiers documents (4° siècle) citent PAULIACUS ‘’Le lieu de Paul’’ au sujet de la donation de terres à POUILLY par CLOVIS à ST REMY, évêque de REIMS, né à CERNY et ayant fait ses études à LAON.
Ce même REMY donna ces propriétés au premier évêque de LAON lors de la création de l’évêché de LAON et cela dura jusqu’ à la révolution.
Situé dans une plaine riche, plate, facile à travailler, protégé au nord par la vallée de la SERRE, infranchissable la plupart du temps car trop humide et frontière naturelle entre ile de France et Picardie.
A cette époque, les villages vivaient en produisant tout sur place, (viande, poisson, lait, céréales, bière, cidre, chanvre, etc…) Les échanges entre pays étaient rares et lents. Par contre, la paix garantie par l’armée romaine favorisait les échanges de personnes.

PAULIACUS en 870, POILLIACUS en 1060, POLIACUS en 1158, POILLI en 1218, POELLI, POILLY (vers 1700), POUILLY et POUILLY SUR SERRE.
Petit village de l’ancien Laonnois, bâti dans une vaste plaine à 15 kms au nord de LAON, autrefois de l’intendance de SOISSONS qui joua un rôle sous CLOVIS et les Mérovingiens. Des tombes de cette époque plus que troublées existent à CHALANDRY et CHERY-LES-POUILLY. LAON devint capitale avec CHARLEMAGNE (742/814) originaire du coin.

Au 9° siècle, un chef normand qui occupait POUILLY, CHARLES-LE-CHAUVE, voulant récompenser les services d’un seigneur de la cour nommé NORTMAN, lui donna ce domaine à titre de bénéfice. HINCMAR, alors évêque de LAON, menaça ce dernier des foudres de l’excommunication s’il persistait à tenir une terre de son église, et sur son refus de la laisser, il arma ses vassaux, attaqua NORTMAN, le chassa avec sa femme et pilla ses effets.

Jusqu’en l’an 1000, on ne trouve pas de documents vraiment valables ; on ne peut donc inscrire l’histoire de POUILLY que dans l’histoire générale. A partir du 11°siècle, il existe des documents grâce aux archives de LAON, PARIS et ailleurs.

GAUTIER DE MORTAGNE, autre évêque de LAON, fit construire à POUILLY en 1174 un château avec tour et maison d’habitation et fit aussi planter beaucoup de vignes sur le terroir de POUILLY. Ce château était situé à gauche de la Grand’ rue  en venant de CRECY. Il était entouré d’un mur et d’un fossé ; l’église actuelle (clocher et première nef) en faisait partie. La basse cour (dénomination de la partie où vivaient et se réfugiaient les gens en cas d’attaque) existe encore. La haute cour était la partie où habitait le seigneur ou son représentant. Au 14°siècle, la maison du seigneur n’existait plus. Au 15°siècle, il est encore fait mention de la tour ; il en existerait d’ailleurs encore les fondations dans une cave du quartier, mais laquelle ?.

 Ainsi, il existait sur la SERRE un moulin appartenant à l’évêque de LAON, géré par les Templiers de PUISIEUX (prés de LAON). Il existait au cadastre le lieu ‘’Clos du Moulin’’. Il faut donc croire que l’accès était possible et que les années n’étaient pas trop humides. En 1251 GUY DE BASENVILLE abandonna ce moulin, car on lui reprochait de laisser déborder les eaux de la SERRE. Ce moulin était d’ailleurs situé prés d’un hameau de CRECY appelé ‘’LE SORT’’.

Aux archives figure un accord passé entre l’évêque de LAON AUBERS et les maires et jurés de CRECY. Il y est dit que les vassaux et les justiciables de POUILLY pourront avoir pâturage pour leurs bêtes blanches (moutons) depuis le moulin de POUILLY jusqu’aux Pierges – du poncel sis entre les dits Pierges à CRECY et les angles qui sont autour du pré de Renauld d’Aulnois, en le bois de l’Evêché.

Les ponts pour passer la SERRE étaient rares (CRECY, PONT-A-BUCY). A un moment, CRECY dépendait du Sire de COUCY-MARLES. Ce dernier laissait détrousser les voyageurs au pont de CRECY. Des Templiers vinrent s’installer au ‘’CLOS JERUSALEM’’ pour assurer le passage des voyageurs. Ce lieu dit ne figure plus au cadastre.

La vigne était cultivée à POUILLY. Il fallait donc des caves pour stocker le vin. Elles devaient se trouver dans les quartiers hauts du village (caves voutées). Il y en avait au nord ouest de l’actuel château d’eau, mais elles ont été bouchées.
Les mesures de surface étaient nombreuses et variaient d’un pays à l’autre : la verge = 42 centiares, l’essain = 20 ares, l’arpent = 42 ares, le jalois = 51 ares, le pugnet, le setier, le cartel, le mencaud, le jour, la faulx, l’hommée.
En capacité : le muid = 268 litres de vin ou 1870 litres de blé, la pinte, le setier, le lot = 1 litre 4974, la pièce = 201,15 litres.
Ces mesures existèrent jusqu’à la révolution.

A POUILLY, comme partout, tout transport par chariot devait payer le droit de rouage (péage maintenant). Les jeunes mariés avaient droit à 2 muids de vin. Tout foyer payait 15 deniers de droit de four (four banal) pour cuire le pain.
Existaient aussi : Le blé des croisés versé aux Templiers, Le blé de chien pour les meutes de chiens, était vendu le jour de la St MARTIN à la Halle de POUILLY.
Le droit charrue pour les personnes n’habitant pas à POUILLY mais y ayant des terres.

POUILLY est la patrie de JEAN-DE-POUILLY, abbé de la VALROY en 1368 et d’un autre JEAN-DE-POUILLY, célèbre prédicateur du 14°siècle, et d’ETIENNE CHOCQUART de ST-ETIENNE, fameux partisan du temps de LOUIS XIV.
CRECY sur SERRE incendié en 1359 – 1370 – 1377 ; sans doute POUILLY également.
Il y avait autrefois à POUILLY une maladrerie qui au 13° siècle a été réunie à l’Hôtel-Dieu de LAON.
Epidémie de peste en 1345 – 1348 – 1360 et 1373.
Insécurité complète, les troupes et les pillards prenant et brûlant tout sur leur passage.
En 1433 eut lieu à ASSIS sur SERRE une bataille. 400 Laonnois avaient attaqué les Bourguignons à VERVINS. Ces derniers firent une sortie et poursuivirent les Laonnois. La bataille eut lieu à ASSIS, les Laonnois défaits, les survivants pendus. Le lieu dit ‘’la bataille’’ existe toujours à ASSIS et à POUILLY ‘’le gibet’’
La population française tomba à 10 millions d’habitants, elle était de 20 millions avant la guerre de 100 ans en 1337.
Fin de guerre officielle en 1453 mais POUILLY fut pillé et son église brûlée en 1568 par les Calvinistes.

PREMIER ACTE DE L’ETAT CIVIL DE POUILLY SUR SERRE

Le vingtième jour du mois de janvier de l’année 1716 est né un garçon à Pierre CAGNEAUX et à Marguerite BOURIN son épouse – par moy prêtre curés dudit POILLY, paroisse St Médard, soussigné – l’avoir baptisé le même jour et a eut pour parrain Anthoine de Vaux et pour marraine Marguerite GOSSUIN qui ont donné pour nom Anthoine et ont signé avec moy le jour, mois et an que dessus.

                                                                  BOTTEE

18 mai 1940, les Français glorieux

18 Mai 1940 : Les Français Glorieux À Crécy Et Pouilly-Sur-Serre

  1. Le 18 mai 1940, la 4e division cuirassée du colonel de Gaulle reçoit en renfort les 3e et 10e régiments cuirassiers des colonels François et Jacqueminot de Ham, ce qui lui permet d’aligner 155 chars. En face, les Allemands ont également densifiés leurs moyens opérationnels. De Gaulle demande à ses officiers d’investir Crécy-sur-Serre et Pouilly-sur-Serre, deux localités qui commandent les ponts de franchissement de la rivière.

A 4 et 6 heures, le 1er escadron du lieutenant Fagalde et le 2e escadron du leutenant du Châtelet du 3e cuirassiers passent à l’attaque. Ils sont suivis par le 46e bataillon de chars de combat. Malheureusement, la Luftwaffe attaque en force ajoutant ses bombes aux mines qui font sauter les chenilles des blindés. Depuis son PC du Mont-Fendu, de Gaulle mesure la détérioration de la situation sur le front.

De nouveaux les cavaliers du colonel de Gaulle se distinguent. A Crécy-sur-Serre, les chars lours de la 345e compagnie détruisent les armes antichars et les barrages constitués par l’ennemi. A Pouilly-sur-Serre, le capitaine Barrelet de Ricou, sauve un chef de char et son mécanicien. A Chambry, les hommes du 4e bataillon de chasseurs opposent aux Allemands chantant le Deutschland über alles, la Sidi Brahim au cours des combats dans le périmètre du château.

De Gaulle sait malheureusement qu’il doit préparer le repli de ses forces.

Merci à Hervé Chabaud

Randonnées autour de Pouilly-sur-Serre

Randonnées autour de Pouilly-sur-Serre

Distance9.37km Dénivelé positif+6m Dénivelé négatif-6m Durée2h40 Facile Facile
DépartDépart à Liesse-Notre-Dame – 02 – Aisne

Une randonnée ne présentant pas de difficultés, dans un environnement très calme et reposant. Des étangs creusés dans la tourbe, des oiseaux et des fleurs selon la saison.

Le Vieux Craonne et le Chemin de Saint-Rémi

Distance6.54km Dénivelé positif+133m Dénivelé négatif-133m Durée2h10 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Craonne – 02 – Aisne

Sur le chemin des Dames où coulèrent tant de larmes, traversez le village du Vieux Craonne, détruit en 1917, avec ses vestiges et ses arbres commémoratifs.
Puis traversez les bois, longez les coteaux et les champs, une vigne aux abords de Craonnelle… pour vous imprégner de l’atmosphère de ces lieux porteurs de l’histoire de la Grande Guerre.

Distance10.39km Dénivelé positif+15m Dénivelé négatif-15m Durée3h00 Facile Facile
DépartDépart à Guignicourt – 02 – Aisne

Agréable parcours sans difficulté majeure. A effectuer par temps sec par des chemins dans les champs au départ. et retour en longeant en partie la rivière Aisne avec des passages verdoyant.

Distance8.86km Dénivelé positif+90m Dénivelé négatif-90m Durée2h45 Facile Facile
DépartDépart à Guignicourt – 02 – Aisne

Un petite promenade facile vous menant au Bois de Pouvais par les champs.
A éviter les jours de fortes pluies ; passages boueux.

A pied Boucle d’Hermonville (Téléchargez : PDF)

Boucle d'Hermonville

Distance10.05km Dénivelé positif+117m Dénivelé négatif-118m Durée3h10 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Hermonville – 51 – Marne

Une petite balade à travers les champs, les vignes et la forêt.

A pied Un balcon sur la Vesle (Téléchargez : PDF)

Un balcon sur la Vesle

Distance7.27km Dénivelé positif+103m Dénivelé négatif-106m Durée2h20 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Chenay – 51 – Marne

Un circuit varié, tracé par le Comité de Tourisme de la Marne, vous invite à traverser une forêt, des sablières, des vignes, des champs, et deux villages. Depuis un balcon sur quelques points de vue sur la vallée de la Vesle, vous côtoierez les forts de Saint-Thierry et de Chenay. Ceux-ci ont été construits après la guerre de 1870 pour protéger Reims.

Les soldats de Pouilly Sur Serre

Les soldats ci-dessous figurent sur les arbres généalogiques hébergés sur Geneanet.org : leur accès est totalement libre et gratuit. Le domicile indiqué est celui du lieu de mobilisation. Cliquez sur la photo ou le nom pour visiter l’arbre généalogique, et sur les liens pour voir les autres soldats du régiment ou du domicile !
Cliquez ici pour visiter son arbre généalogique !

Henri René CARLIER

Signalé par : alainmarechalle

1899 – 1967

Cliquez ici pour visiter son arbre généalogique !

Emile LANEZ

Signalé par : picard31

1883 – 1965

Les camps et les lieux d’internement de l’Aisne (Guerre)

Les camps et les lieux d’internement de l’Aisne

146e CTE Moulins 02160 Moulins
19e CTE Grougis 02110 Grougis
Camp de Margival 02880 Margival
Frontstalag 170 La Fère 02800 La Fère
Frontstalag 191 La Fère 02800 La Fère
Frontstalag 192 La Fère 02800 La Fère
Frontstalag 192 Laon 02000 Laon
Frontstalag 204 Saint-Quentin 02100 Saint-Quentin
La Sentinelle 02100 Saint-Quentin
Prison de Laon 02000 Laon

Les lieux de sauvetage de l’Aisne

Si vous connaissez des lieux de sauvetage dans le département, merci de nous les signaler par mail.

Les 19 communes du canton (Crécy-sur-Serre)

Assis-sur-Serre 2270 Chalandry 2270 Mesbrecourt-Richecourt 2270 Pargny-les-Bois 2270
Barenton-Bugny 2000 Chéry-lès-Pouilly 2000 Montigny-sur-Crécy 2270 Pouilly-sur-Serre 2270
Barenton-Cel 2000 Couvron-et-Aumencourt 2270 Mortiers 2270 Remies 2270
Barenton-sur-Serre 2270 Crécy-sur-Serre 2270 Nouvion-et-Catillon 2270 Verneuil-sur-Serre 2000
Bois-lès-Pargny 2270 Dercy 2270 Nouvion-le-Comte 2800  

 

Ancien aérodrome allemand 1ère GM

Pouilly

PAYS FRANCE
Département Aisne
Nom POUILLY
Autre appellation N/A
Commune(s) POUILLY-SUR-SERRE
Coordonnées 49°40’49″N 3°36’30″E
OACI N/A
Situation 11 km nord LAON
Ancien aérodrome allemand 1ère GM

 

Limites du terrain (Jacques Calcine, membre 2A)

 

Occupations successives du Terrain :

 

Jasta 13 de mai à juillet 1917 (18 a/c) (VIIème A)

Fl.Abt A277de mai 1917 à janvier 1918 (     «      )

Terrain évacué mi-février 1918

Infrastructures : 2, puis 3 hangars, de juillet 1917 à février1918

(Jacques Calcine / 2A)

Source : Dossier SHD A160, 18N169

(Fiche mise à jour 09 / 16)